En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Bernard Raverdy ostéopathe à Roubaix et à Vieux-Condé présente :

La présence comme préambule à l'acte ostéopathique

Pour être présent (présent : être avant ou avant être - je conseille à chacun la lecture de l'article de P. Tricot, ostéopathe à ce sujet), je dois pouvoir focaliser mon attention dans une intention spécifique. L'attention préexiste à la définition de mon intention, il y va de sa clarté et de son objectif. En tant qu'ostéopathe pratiquant l'ostéopathie, cette attention, la capacité à être attentif, doit pouvoir s'exercer à tout instant de la consultation, du salut qui l'inaugure à l'au revoir qui la clôt ; c'est pourquoi il est important de pouvoir écarter de la consultation ostéopathie tout ce qui peut perturber son déroulement (c'est pourquoi également il m'est plus facile d'exercer chez moi à la campagne qu'au centre-ville de Roubaix).
Le premier objectif de l'attention va être de se mettre au diapason du patient et de suivre les modifications pas à pas tout au long de la séance de soins. 

Elle se développe dans 3 champs :
• auditif : qu'est-ce que j'entends ?
• visuel : qu'est-ce que je vois ?
• palpatoire : qu'est-ce que je sens ?

Dans ses trois champs, je la divise en deux parties :
     - 60% de mon attention va à l'"extérieur" du corps du patient ;
     - 40% de mon attention va à l'"intérieur" du corps du patient.

Ces propositions sont amenées à varier par séquences pour aller à 100% à l'intérieur ou à l'extérieur pour un but spécifique. 
À partir de là, mon intention s'oriente suivant trois axes fondamentaux :
• où est la fonction ?
• où est le fulcrum de la fonction ?
• où est la santé ?